Nouvelle loi sur les locations touristiques aux îles Canaries

nouvelle loi sur les locations touristiques canariennes

Essayons de clarifier et de démanteler 3 mythes :

Ces derniers mois, on a beaucoup parlé de la nouvelle loi sur la location touristique aux îles Canaries qui semble destinée à révolutionner ce secteur (du moins tel que nous l'avons connu jusqu'à présent).

Comme cela arrive souvent, le changement tend à susciter un certain mécontentement au sein de la population, d’autant plus si les intérêts en jeu sont majoritairement économiques.

Mais commençons par mettre les choses en ordre : les locations touristiques aux îles Canaries sont réglementées par Règlement sur la vie de vacances de la Communauté Autonome des Canaries, approuvé par décret en mai 2015.

La loi visait à réglementer la location touristique de logements de type « résidentiel », permettant à toute personne disposant d'appartements à louer de détourner son offre vers le secteur touristique.

La genèse de cette réglementation et son évolution inattendue (en 2017, un arrêt de la Cour suprême a annulé certains de ses articles) est peu connue, mais c'est l'élément clé pour comprendre ce qui se passe aujourd'hui et quelles sont les véritables motivations. et les intentions politiques.

À cela s'ajoute le fait que, soit à la suite de l'arrêt susmentionné, soit en raison de l'utilisation abusive et répétée de cette loi par des "entités organisées", on a assisté ces dernières années à une croissance incontrôlée de ce phénomène, ce qui a entraîné des conséquences inattendues. tant au niveau urbain que social.

Cela dit, puisque ce n'est pas le sujet de l'article, je voudrais attirer l'attention sur trois "canulars" qui circulent sur le Web et que le Gobierno de Canarias a déjà pris des mesures pour nier à travers des documents officiels.

Voici les 3 mythes qui doivent être démystifiés :

Le premier canular concerne la limitation de l'achat de propriétés et de l'exercice d'activités de location touristique aux étrangers ou aux non-résidents.

Le Gouvernement annonce que «les discriminations ou restrictions fondées sur la nationalité ou la résidence ne sont pas compatibles avec les réglementations constitutionnelles et de l'Union européenne». Un non clair donc, qui laisse très peu de place à l’interprétation.

Le deuxième canular concerne la possible comparaison des maisons de vacances avec d'autres types d'hébergement touristique (hôtels, appartements touristiques, etc.). En effet, le Gouvernement fait savoir que «les maisons de vacances et autres types d'hébergement touristique sont différents d'un point de vue matériel et de gestion» et, pour cette raison, ils seront réglementés par une règle dédiée, qui prend en considération la nature réelle de ce type d'hébergement.

Un autre sujet qui a été lu récemment concernant cette nouvelle loi est la possibilité d'introduire des règles pour la régulation des prix des maisons de vacances: il s'agit d'un cheval de bataille d'une certaine mentalité politique qui, cependant, est une fois de plus refroidie par les promoteurs de cette loi, qui déclarent à ce sujet que «le cadre juridique actuel ne le permet pas, car il s'agit d'une économie de marché libre».

Ce ne sont là que trois des points déjà clarifiés par Consejería de Turismo et Empleo del Gobierno de Canarias qui, en tant qu'organisme à l'origine de cette initiative législative, représente aujourd'hui la source la plus fiable pour obtenir des informations sur les développements de ce changement en cours.

Conclusion objective :

Nous pouvons conclure en rappelant que, cependant, jusqu'à la publication de la loi définitive au BOE (Boletín Oficial del Estado), tout est susceptible de changer et, par conséquent, toute décision concernant d'éventuels investissements dans ce secteur est totalement au risque des personnes concernées. pour mettre votre propre argent.

Se méfier de ceux qui dispensent des certitudes sur cette question est le seul outil de protection dont nous disposons aujourd’hui. Le business n'est pas près de s'arrêter mais les règles sont sur le point de changer : la bonne nouvelle est que ceux qui sauront accepter ce changement, en faisant les bons choix, pourront, à mon avis, ramener leurs profits au niveau niveaux d’il y a quelques années.

Article par Marco Sparicius Consultant immobilier aux îles Canaries

Rejoignez la discussion

Comparez les annonces

Comparer